• modibulle

Comment m’est venue l’idée d’inventer des bijoux à planter?

Parce que le bijou à planter est un concept unique et original, cet article de blog m’a paru nécessaire pour expliquer les origines et la naissance du projet. Mais aussi parce que c’est une question que vous me posez régulièrement lorsqu’on se voit sur les expositions: comment l’idée du bijou à planter m’est venue? Si toi aussi tu as envie de savoir, voici un article qui devrait te plaire: j’y dévoile tout (enfin presque!).


>> Les bijoux à planter Modibulle sont réalisés en matières naturelles et sont entièrement biodégradables, c’est-à-dire qu’ils se dégradent au contact de l’eau. Chaque bijou est une pièce unique, réalisée par mes soins dans mon atelier en Moselle. Le petit plus: ils contiennent des graines issues de l’agriculture biologique. Donc si tu ne veux plus le porter, au lieu de le laisser au fond de ta boîte à bijoux, tu peux le planter! Il va alors pousser grâce à tes arrosages réguliers. Tu perdras ton bijou, mais tu gagneras une fleur, un aromate ou même un légume! <<


La naissance de l’idée, ou comment trouver la graine


J’ai toujours été une amoureuse des plantes. Que ce soit une plante en pot ou en pleine terre, je trouve merveilleux cette lenteur, cette légèreté, cette fragilité et en même temps cette force. Il n’y a rien de plus merveilleux pour moi que de prendre le temps de contempler un végétal et de le voir grandir petit à petit, jusqu’à ce qu’il trouve sa place et crée le décor de mon salon, de mon jardin, de la forêt ou même de l’espace public. Je me suis très vite intéressée - merci à mon Papa, au potager - à comment pousse une plante? Grâce à la graine: petite chose insignifiante qui a le pouvoir de se transformer et de devenir immense comme un arbre de plus de 40m de haut, ou de produire 5kg de tomates!


Ma passion pour les graines m’a poussée à étudier, en autodidacte, les différents systèmes de reproduction des plantes, mais aussi découvrir les différentes variétés. Chaque pays a sa végétation, qui a su s’adapter et se reproduire à sa manière. Mais la graine est très souvent la base de tout… et je trouve incroyable qu’il soit possible de faire pousser autant de végétaux aussi facilement grâce à ces petits trésors. Il y a énormément de livres sur le sujet, la collection Rustica est une valeur sûre, mais l’expérimentation personnelle est la meilleure chose à faire! Aussi j’ai testé de nombreuses variétés dans mon propre potager au fil du temps et j’ai commencé à collectionner ces trésors. Ha oui! J’aime faire pousser mes légumes! Un seul objectif à cela: les manger!


Pour votre information, et sans faire mon curriculum vitae, j’ai fait mes études supérieures aux Beaux Arts de Metz. J’y ai découvert énormément de techniques et de pratiques, mais aussi beaucoup de matériaux divers et variés. Je ne sais plus comment, mais la pâte polymère a atterri dans mes mains de créative… Voilà un matériau incroyable qui n’a de limite que l’imagination! J’ai commencé à faire des petites figurines pour décorer les plantes en pot, de la petite déco de table, puis très rapidement des bijoux. Mon entourage m’a encouragé, j’ai appris la technique des canes, du polissage, et je trouvais merveilleux de voir qu’un bijou réalisé resterait tel quel ad vitam aeternam! Car la pâte polymère est un plastique qui finit sa transformation à la cuisson. Il y a plusieurs couleurs qu’on peut associer, mélanger, façonner comme de la pâte à modeler… mais une fois l’objet cuit, il ne se détériore pas! Pour la petite histoire, une déco dans un pot de fleur est partie au compost (RIP la fleur...) et deux ans après, quand j’ai utilisé mon compost, j’ai retrouvé la figurine. Je l’ai nettoyée, et stupéfaction: elle n’avait pas bougé! J’ai donc pris conscience que chaque bijou réalisé devait être parfait, car il ne serait pas recyclable…



Je pense que chacun évolue au fil du temps, et nous absorbons ce qui nous entoure, ce qui fait que nous nous construisons petit à petit. Comme tout le monde, j’entendais partout que la Planète n’est pas une poubelle, que les ressources ne sont pas éternelles et que chacun de nos gestes a une incidence. Rapidement, j’ai découvert le zéro déchet et notamment le livre de Béa Johansson “Zéro Déchet”. Vous pouvez penser que ce livre est extrémiste! Mais il faut savoir qu’en Californie, on ne vit pas du tout de la même manière qu’en France! Donc: relativisons lorsqu’on lit ce genre de livre. Inspirons nous et prenons ce que nous pouvons ;) Ensuite, j’ai découvert La famille Pichon et leur livre “la Famille presque Zéro Déchet”. Voilà quelque chose d’abordable ! Finalement, je me suis rendue compte que j’adoptais déjà en partie cette démarche, de part mon éducation: je ne gaspille pas, je consomme raisonnablement, je fais attention à mes besoins et mes envies. Mais il est possible de toujours faire plus et mieux! Alors j’ai tenté au petit à petit de faire ce plus et mieux, d’adopter une nouvelle manière de consommer et donc, de vivre en étant en accord avec moi-même. Ma dernière lecture conseillée est “la Sobriété Bienheureuse” de Pierre Rabhi. Je te laisse le soin de le découvrir si tu le veux bien!


Pour en revenir à la pâte polymère… suite à ces découvertes de non recyclage, j’ai peut être somatisé, mais j’ai rapidement développé des allergies. Je ne pouvais plus créer quelque chose sans avoir ce blocage: peur de réaliser quelque chose qui ne serait pas utile ou simplement imparfait, avec pour résultat des migraines à la chaîne et des réactions cutanées ingérables dès que je touchais ce matériau. Imagine: je m’apprêtais à en faire mon métier et j’avais déjà commencé les démarches pour créer mon entreprise de création de bijoux fantaisie en pâte polymère! Ce n’était plus possible, j’avais trop changé! Je devais trouver autre chose!


Prendre une feuille, un crayon et dessiner l’avenir


Les belles idées ne naissent pas un beau matin, au réveil! Je préfère le dire tout de suite, sans chercher à te décourager! Il faut prendre le temps!


Mais comment ça se passe alors? Et bien, très simplement, je suis revenue à la base: j’ai pris une feuille, un crayon de papier et beaucoup de temps de réflexion. J’ai réfléchi à ce que j’aime faire, ce que je sais faire et comment je vois le monde de demain. J’ai pris le temps d’imaginer l’impossible (je te le concède: il a effectivement fallu plus d’une feuille de papier! Mais tout va bien: ça se recycle!). Je ne me suis donné aucune limite! Je ne suis pas cinéaste, mais cette phrase est un guide:


Il n'y a rien qui doit arrêter. Il faut se laisser porter par le rêve et fabriquer le rêve pour que le public rêve avec nous." Jean-Jacques Annaud

Après plusieurs jours, semaines, mois… j’ai réussi à concilier tout ce que j’aime pour être en accord avec moi-même: les graines que je collectionne et que je fais pousser, les bijoux tout aussi précieux que l’on garde comme un trésor contre soi et la création de mon métier grâce à une activité qui se doit d’avoir un impact positif sur le monde.


Mais l’idée ne suffit pas! Il faut maintenant lui permettre d’exister!


C’est là que le travail commence/continue. Je me suis renseignée partout autour de moi, auprès de ma famille, de mes amies, sur internet, dans les livres et les magazines (je n'ai toujours pas de télé!). Je suis restée attentive à chaque remarque. J’en suis venue à la conclusion que la plupart d’entre nous portions nos bijoux fantaisie pendant un ou deux ans, le temps d’une saison, puis ils finissent au fond d’un tiroir ou dans la boîte à bijoux qui déborde.. ou carrément à la poubelle parce qu’ils sont abîmés. (Je ne parle pas des bijoux précieux! Il ne faut pas les jeter ou les planter ceux-là!) Quel dommage d’utiliser des ressources polluantes comme le plastique ou les mélanges de métaux de peu de valeur, pendant si peu de temps finalement... D’autant plus que nous savons aujourd’hui qu’une multitude de petits déchets équivalent à une grosse source de pollution…


Nous sommes plusieurs dans mon entourage à adopter le zéro déchet (chacun à sa manière et comme il peut, pas de jugement!) et le bijou fantaisie a fait partie de ce qu’on a abandonné très rapidement. A quoi bon acheter cette bricole qui pollue? A quoi bon accumuler ces breloques?! Un bijou suffit… encore faut-il qu’il aille avec tout!


J’ai donc cherché une solution pour proposer un bijou du quotidien, tendance, qui ne pollue pas à la fabrication... ni après! Et cette idée du bijou qui se transforme à un côté très poétique et magique! Et puis, j’aime bien ce côté du deux en un!



Mon concept novateur est dans l’air du temps: proche de la nature avec des matières premières respectueuses de l’environnement. Il consiste à porter son bijou pendant deux ans puis si on ne veut plus le porter, à casser le médaillon, à planter le bijou en entier dans un pot et à arroser régulièrement. Le bijou va alors pousser et devenir une plante. Plusieurs variétés de graines sont disponibles (fleurs, aromates et même légumes) et chacune est adaptée à nos climats. Certaines sont amusantes à retrouver dans un bijou comme la tomate cerise, d’autres sont à (re)découvrir comme la phacélie, de plus en plus utilisée en agriculture biologique comme engrais vert et plante mellifère (elle attire les papillons!).




Ma démarche rappelle que notre rapport à la nature doit être au centre de nos préoccupations, plus respectueux car reposant sur chacun de nos gestes: cela est accessible à tous, sans distinction!


Le problème du zéro déchet, c’est que…


Quand on commence, on ne s’arrête plus!

Non, franchement, il s’agit plutôt de logique et surtout de cohérence dans ce paragraphe! Comment décider de fabriquer des bijoux éco-responsables à récolter, avec des graines issues de l’agriculture biologique, on ne peut pas faire plus écologique… et avoir une entreprise qui crée des déchets et ne réfléchit pas à chaque action avant de la mettre en place?!


Cela a été le plus gros défis et ce qui m’a pris le plus de temps: je veux que mes bijoux soient respectueux, mais aussi que l'entreprise le soit! Je veux grâce à Modibulle donner un exemple - qui n’est pas parfait mais qui fait de son mieux - et montrer ce qu’il est possible de faire!


Alors à l’atelier, plusieurs choses ont été mises en place: il y a le tri sélectif et ma plus grosse poubelle est pour le compost. Je recycle le papier en pavés ensemencés intégrés dans les coffrets. Je travaille le plus possible hors connexion, je n’utilise quasiment pas d'électricité pendant la fabrication… les matériaux proviennent en grande majorité d’Europe et le packaging est en carton recyclé et recyclable. J’envoie vos commandes en lettre verte avec suivi (ne vous inquiétez pas, mon facteur est récompensé par des petits gâteaux faits maison!) et vous offre aussi la possibilité de récupérer vos commandes sur les évènements auxquels je participe. D’ailleurs, même ma bâche publicitaire est en tissu brodé! Il y a des solutions si on ne veut pas utiliser de plastique!



Une autre particularité, en ce qui concerne les boucles d'oreilles. Je joue la franchise avec toi: comme indiqué sur les fiches descriptives dans la boutique internet, mes supports proviennent de Chine. Malheureusement, la France ne fabrique pas tout! J'ai donc trouvé une solution pour te permettre un achat raisonnable, car ces apprêts ne sont pas biodégradables: lorsque tu veux planter tes boucles d'oreilles, décapsule la perle (c'est elle qui contient les graines). C'est elle que tu va planter. Tu peux me mettre de côté les supports, me les donner si on a l'occasion de se voir ou me les envoyer par La Poste s'ils ne sont pas abîmés. Je vais pouvoir les nettoyer et les réutiliser. En échange: je t'offre un bon d'achat à utiliser sur le site ou te refais une paire à tarif préférentiel! Et cela fonctionne aussi pour les broches ;)



Tout ceci est un petit aperçu de la démarche et de mon quotidien, car quand on prend de bonnes habitudes, on ne se rend plus compte des efforts qu’on fournit. Je pense que j’avance dans la bonne direction, mais je continue de vous écouter lorsque vous me faites des remarques ou me posez des questions sur mon fonctionnement et je continue de tester pour aller encore plus loin! Je suis en constante évolution et donc ne m’ennuie jamais!

Vous m'avez d’ailleurs lancé un défi sur les réseaux sociaux (Merci!), et je suis en train de le faire: j’ai trouvé un joli bocal pour mes déchets non recyclables. Car je ne produis que 2 sacs de 10 litres de déchets par… an, et souhaite réduire cette quantité encore!


Voilà, j’espère que cet article t'aura inspiré! Si toi aussi tu souhaites créer quelque chose de nouveau et de respectueux, si tu es entrepreneur et que tu cherches des solutions alternatives plus respectueuses ou simplement si cet article t’a plu car tu étais curieux de savoir comment l’idée du bijou à planter m’est venue, envoie moi un message ou laisse un commentaire sous ce post, on pourra alors échanger et refaire le monde ensemble!


N’hésite pas à me suivre sur les réseaux sociaux pour voir la vie de l’entreprise, les nouveautés et te tenir au courant! Je serai très heureuse de t’y retrouver ;)



Si tu as la moindre question, interrogation ou doute, n’hésite pas à m’en faire part en laissant un commentaire sous cet article, j’aurai grand plaisir à te répondre!


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout